Régionaliser = concurrence mortelle

Table des matières: 
Études marxistes no. 104
Auteur: 
Herwig Lerouge

Introduction au Dossier : « Sens et non-sens du régionalisme économique »

« En élaborant une stratégie sur dix ans, la Wallonie veut réintégrer sa place parmi les régions d’Europe les plus performantes ». C’est l’ambition du Plan Marshall 20221 de Rudy Demotte, le ministre-président wallon.
« Vlaanderen wil opnieuw topregio zijn tegen 20201 », dit le ministre-président flamand, Kris Peeters2.
Ces deux déclarations reflètent l’essence de ce que signifie la régionalisation dans notre pays : l’organisation de la concurrence à mort entre des régions qui auraient tout à gagner à collaborer, à unir leurs efforts.

Les arguments qui fondent la régionalisation sont plus que jamais caducs. Il n’y a pas entre elles de différence qui justifie des politiques économiques séparées. La Belgique et ses régions dépendent pour leur développement économique de leurs exportations essentiellement vers l’Allemagne. Elles n’ont que
très peu de marges propres à mener des politiques économiques distinctes. Si l’Allemagne va bien, les régions belges vont bien. Il existe un développement économique similaire dans les trois régions du pays. Même si la Flandre représente 70 % du PIB belge, les évolutions dans les trois régions sont similaires.

De toute façon, on a beau chercher à la loupe, impossible de déceler ce qui les différencie dans leur politique économique. Les trois régions s’inscrivent dans la politique européenne néolibérale de Lisbonne. Le plan flamand ViA, le plan wallon Marshall 2.0 vert suivent la même politique de réductions des charges, cadeaux fiscaux et autres pour attirer des multinationales, la même politique de dérégulation du marché du travail. Elles se concurrencent en cette matière pour le plus grand profit des multinationales. Toute cette agitation nationaliste et régionaliste sur la Flandre qui gagne et la Wallonie qui veut la rattraper contribue à cette concurrence et vise à la faire adopter par le mouvement ouvrier. C’est une voie sans issue et une spirale sans fin vers le bas pour tous les acquis sociaux.
Face à cela, il faudra mener un combat solidaire contre cette concurrence mortelle, pour une autre politique économique et industrielle. C’est le débat que ce dossier veut amorcer.


1 La Flandre veut être de nouveau une région de pointe en 2020.
2 www.gva.be/nieuws/binnenland/vlaanderen-wil-opnieuw-topregio-zijn-tegen-...