Que faire

QUE FAIRE ?

LES QUESTIONS BRULANTES DE NOTRE MOUVEMENT


".. La lutte intérieure donne au parti la force et la vitalité : la preuve la plus grande de la faiblesse du parti, c'est son amorphisme et l'absence de frontières nettement délimitées; le parti se renforce en s'épurant..."
(Extrait d'une lettre de Lassalle à Marx, 24 juin 1852.)

PREFACE

La brochure que nous présentons au lecteur devait, dans l'intention première de l'auteur, être consacrée au développement détaillé des idées exprimées dans l'article "Par où commencer ?" (Iskra n° 4, mai 19011 ). Nous devons tout d'abord nous excuser auprès du lecteur pour le retard apporté à l'exécution de la promesse faite dans cet article (et répétée en réponse à de nombreuses questions et lettres privées) .

Une des raisons de ce retard fut la tentative d'unification de toutes les organisations social-démocrates à l'étranger, entreprise en juin 1901. Il était naturel que l'on attendit les résultats cette tentative, car si elle avait réussi, il eût peut-être fallu exposer sous un angle un peu différent les points de vue de l'Iskra en matière d'organisation; en tout cas, cette réussite eût donné l'espoir de mettre très rapidement fin à l'existence de deux tendances dans la social-démocratie russe. Cette tentative, le lecteur ne l'ignore pas, a échoué et, comme nous essaierons de le démontrer plus loin, elle ne pouvait pas avoir une autre fin, après le nouveau coup de barre du Rabotchélé Diélo2 , dans son numéro 10, vers l'économisme. Il était devenu absolument nécessaire d'engager une lutte décisive contre cette tendance vague et peu déterminée, mais en revanche d'autant plus persistante et susceptible de renaître sous les formes les plus variées. Ceci étant, le plan initial de cette brochure a été modifié et considérablement élargi.
Elle devait avoir pour thème principal les trois questions posées dans l'article "Par où commencer ?" A savoir le caractère et le contenu essentiel de notre agitation politique; nos tâches d'organisation; le plan de construction menée par pIusieurs bouts à la fois, d'une organisation de combat pour toute la Russie. Depuis longtemps ces problèmes intéressent l'auteur, qui s'est efforcé déjà de les soulever dans la Rabotchala Gazéta3 , lors d'une tentative, faite sans succès, pour renouveler ce journal (voir chap. V). Mais mon intention première de me borner dans cette brochure à l'analyse de ces trois questions et d'exposer mes vues, autant que possible, sous une forme positive sans recourir ou presque à la polémique, s'est avérée complètement irréalisable pour deux raisons. D'une part, l'économisme s'est révélé beaucoup plus vivace que nous ne le supposions (nous employons le terme économisme dans une acception large, comme il a été expliqué dans l'article de l'Iskra, n° 12 (décembre 1901) "Entretien avec les défenseurs de l'économisme4 ", article qui trace pour ainsi dire le canevas de la brochure que nous présentons au lecteur). Chose indéniable aujourd'hui, c'est que les différentes opinions émises sur ces trois problèmes s'expliquent beaucoup plus par l'opposition radicale de deux tendances dans la social-démocratie russe, que par des divergences de détail. D'autre part, la perplexité que suscita chez les économistes l'exposé méthodique de nos vues dans l'Iskra a montré à l'évidence que souvent nous parlons littéralement des langues différentes; que, par suite, nous ne pourrons nous entendre sur rien si nous ne commençons pas ab ovo; qu'il est nécessaire de tenter une ""explication" méthodique aussi populaire que possible, illustrée de très nombreux exemples concrets, avec tous les économistes sur tous les points capitaux de nos divergences. Et j'ai résolu de faire cette tentative d'"explication", comprenant parfaitement qu'elle accroîtrait considérablement les dimensions de cette brochure et en retarderait la parution, mais je ne voyais aucun autre moyen de tenir la promesse que j'ai faite dans l'article "Par où commencer ?". Aux excuses concernant ce retard, je dois donc en ajouter d'autres, pour l'extrême insuffisance de la forme littéraire de cette brochure : j'ai dû travailler avec la plus grande précipitation et j'ai, en outre, été fréquemment interrompu par toute sorte d'autres travaux.

L'analyse des trois questions indiquées plus haut continue de faire le fond de la brochure, mais il m'a fallu commencer par deux autres questions d'ordre plus général : pourquoi un mot d'ordre aussi "anodin" et "naturel" que celui de la "liberté de critique" est-il pour nous un vrai cri de guerre ? Pourquoi ne pouvons-nous pas nous entendre même sur la question fondamentale du rôle de la social-démocratie à l'égard du mouvement de masse spontané ? En outre, l'exposé de mes vues sur le caractère et le contenu de l'agitation politique revient à expliquer la différence entre politique trade-unioniste et politique social-démocrate, et l'exposé de mes vues sur les tâches d'organisation, revient à expliquer la différence entre les méthodes de travail artisanales qui satisfont les économistes, et l'organisation des révolutionnaires que nous considérons comme indispensable. Ensuite, j'insiste d'autant plus sur le "plan" d'un journal politique pour toute la Russie, que les objections qui y ont été faites sont plus inconsistantes et qu'on m'a répondu moins pour le fond à la question posée dans l'article "Par où commencer ?" : comment pourrions-nous entreprendre simultanément, par tous les bouts, la construction de l'organisation qui nous est nécessaire ? Enfin, dans la dernière partie de la brochure, j'espère montrer que nous avons fait tout ce qui dépendait de nous pour prévenir la rupture décisive avec les économistes, rupture devenue cependant inévitable; que le Rabotchélé Diélo a acquis une importance spéciale, "historique", si vous voulez, parce qu'il a exprimé le plus complètement et avec le plus de relief, non pas l'économisme conséquent, mais la dispersion et les errements qui ont été le trait distinctif de toute une période de l'histoire de la social-démocratie russe; que, par conséquent, pour trop développée qu'elle puisse paraître, la polémique avec le Rabotchélé Diélo a sa raison d'être, car nous ne pouvons aller de l'avant sans liquider définitivement cette période.


Février 1902

Notes

1. Voir Lenine : oeuvres, 4° éd. russe, t.5, pp. 1-12. (N.R.)
2. Le Rabotchëié Diélo était une revue "économiste" publiée sous l'égide de l'"Union des Social-Démocrates Russes à l'étranger". Elle parût à Genève pour 12 numéros d'avril 1899 à février 1902 sous la direction de B. Kritchevski, V. Ivanchine et A. Martynov. Ce dernier sera ultérieurement l'un des dirigeants de l'Internationale Communiste dirigée par Staline.
3. La Rabotchaïa Gazéta était l'organe des social-démocrates de Kiev. Elle ne parût que deux fois : en août et décembre 1897. Le 1° congrès du P.O.S.D.R. avait reconnu la Rabotchaïa Gazéta comme organe officiel du parti, mais son imprimerie sera démantelée par la police tsariste peu après et ses responsables arrêtés.
4. Voir Lenine : oeuvres, 4° éd. russe, t.5, pp. 287-293. (N.R.)